3 questions à Jean d’Haussonville, directeur général du domaine national de Chambord

Partager sur

Cette semaine Jean d’Haussonville, Directeur général du Domaine national de Chambord, nous parle de l’anniversaire des 500 ans du château de Chambord mais aussi de l’impact de l’année « Viva da Vinci 2019 » sur celui-ci et également en région Centre-Val de Loire.


Le voyage de la pierre s’achève le 6 septembre à Chambord, date du début du chantier en 1519. Que représente cet événement pour le Domaine national de Chambord ?

Le voyage de la pierre symbolise le début d’un chantier extraordinaire. Le 6 septembre 1519, ce fut le début de la construction d’une utopie architecturale, d’un monument qui à lui tout seul exprime le passage du Moyen-Age à la Renaissance, avec le début du règne de François Ier, le roi architecte. Cet événement représente également l’alliance des acteurs du territoire avec 70 kilomètres de parcours, cinq associations de mariniers engagés -qui n’avaient encore jamais travaillé ensemble-, 60 villes, institutions, associations et des centaines de bénévoles impliqués. Tous ont répondu à leur mesure au défi extraordinaire de reconstituer le cheminement historique de la pierre sur la Loire, en affrontant la sécheresse et les obstacles naturels contre lesquels les mariniers se sont battus il y a 500 ans de la même façon !

Chambord, qui était au départ une utopie, a bien changé en 500 ans. Le château est-il en train lui-même de faire sa propre Renaissance ?

La réponse est oui bien sûr ! Nous sommes dans un processus de renaissance permanente, comme la salamandre, emblème de François Ier. Nous développons sans cesse de nouveaux projets afin de satisfaire l’intérêt et la curiosité du grand public, dans le respect de notre mission de préservation de ce patrimoine inestimable. A l’image de la pièce majeure de l’architecture de Chambord, l’escalier, Chambord fait sa double-révolution : pensé comme une œuvre d’art dès le début de sa conception, il doit faire l’objet, dans le même temps, de rénovations et de projets innovants.

Comment avez-vous perçu l’impact de l’année « Viva da Vinci 2019 » au sein de votre domaine mais également dans la région de manière générale ?

Tous ensemble, nous avons œuvré à faire de cette année un rassemblement autour de la richesse patrimoniale, naturelle, économique, technologique du Val de Loire. La figure internationalement admirée de Léonard de Vinci a permis de mobiliser une très grande diversité d’acteurs. Le record absolu de fréquentation enregistré dans la quasi-totalité des sites marque la réussite de Viva Da Vinci 2019. Nous pouvons raisonnablement escompter un effet durable de cette belle opération de fédération dans toute la région.

Plus d'actualités

Newsletter

suivez-nous sur :

Fermer