« Les Jardins de Noirlac » : Une plongée au cœur du projet d’aménagement du célèbre paysagiste Gilles Clément.

Partager sur

A découvrir jusqu’au 23 décembre à travers une exposition en l’Abbaye de Noirlac à Bruère-Allichamps dans le Cher. « Les Jardins de Noirlac » est une exposition dont la scénographie a pour ambition de donner à comprendre la réponse apportée par l’agence RL&A, maître d’œuvre du projet de jardins, à l’esquisse initiale dessinée par Gilles Clément pour l’abbaye. Une exposition, comme les jardins, empreinte de spiritualité. Suivez le guide.


Alors que les travaux d’aménagement de ses nouveaux jardins démarrent pour un an, l’Abbaye de Noirlac propose une exposition dédiée à leur création.

Des jardins signés Gilles Clément, célèbre paysagiste né à Argenton sur Creuse, qui est à l’origine des jardins du parc André Citroën à Paris ou de l’Arche de la défense…

A travers des panneaux illustrés et didactiques, des vidéos, des dessins originaux, des croquis et photographies, l’exposition « Les jardins de Noirlac » plonge le visiteur au cœur d’une création, de l’observation du paysage aux logiques de circulation ; de la prise en compte de la richesse naturelle et des vestiges archéologiques au respect des perspectives.

Les dessins originaux de Gilles Clément, tout en poésie, donnent à découvrir les espèces végétales qui prendront place dans les futurs jardins.

En cette année des 500 ans de Renaissance(S], l’exposition « Les Jardins de Noirlac » vous conte une transformation, une renaissance, dans un lieu riche de neuf siècles d’histoire, labellisé Centre culturel de rencontre.

Le regard de Gilles CLÉMENT

« Intervenir en un lieu tel que l’abbaye de Noirlac c’est se mettre en rapport avec l’histoire, l’économie spatiale et domestique d’une communauté de moines, le paysage et sa conformation, le relief, la rivière, les liaisons avec la ville, l’intelligence du site. C’est aussi se trouver face à la force de l’art mise au service du “vivre et penser“ dans un constant appel à la spiritualité. La puissance de l’architecture, le rapport de la lumière à l’ombre, la simplicité des espaces de transition, la proportion généreuse des enclos, le positionnement de cet ensemble dans l’espace placent le visiteur devant un équilibre heureux où l’objet central, l’abbaye magnifiée par la clarté de ses pierres, se lie sans heurt à tous les horizons. Noirlac est un tout, du sommet de la colline aux rives du Cher. Dans ces conditions, faire un jardin relève du défi. Tout est déjà là, il ne peut s’agir que d’un ajout modeste, un accompagnement. Le projet établi s’applique au respect de l’état des choses en invoquant parfois la mémoire disparue d’un usage de l’espace. »

Scénographie : Compagnie Entre chien et loup

Avec le concours de l’agence RL&A

Textes : Dominique Delajot

Plus d'actualités

Newsletter

suivez-nous sur :

Fermer