Aux sources de la franc-maçonnerie : la Renaissance

Le 16/03/2019 de 11:45 à 12:45
Place Jean Jaurès, 41000 Blois, France

Partager sur

Florence-Chambord, ou le cinquième centenaire d'un génie bâtisseur et d'un lieu inspiré. Quand les francs-maçons bâtissent leurs temples de "pierres vives", le génie de Rabelais s'invite au Banquet. L'hermétisme italien n'est pas loin, lui qui rayonna sur l'Europe dès la fin du XVe siècle et dont nous avons tant besoin en ces temps obscurs.

« Je ne bâtis que pierres vives, ce sont hommes ». Deux siècles plus tard, cette formule eut été celle d’un franc-maçon. Dès le XVIème siècle, en son abbaye de Thélème, François Rabelais, le moine médecin né à Chinon, conjugue humanisme et spiritualité dans une religion épurée qui ne se mêle plus de régenter la société ; il s’y adonne à l’étude des textes anciens et rêve déjà d’un savoir encyclopédique.

Un peu plus tôt, l’audace et le génie de Léonard de Vinci, le Toscan, inspirait la construction d’un « temple païen », Chambord, dont le symbolisme en remontre à bien des temples maçonniques.

Au siècle précédent, Florence la toscane réalisait la synthèse de textes anciens redécouverts, pour l’offrir à l’humanité en éclairage, voire en substitution, d’une religion sclérosée et omnipotente. Côme l’Ancien, patriarche des Médicis, offre à Marsile Ficin sa Villa Careggi pour en faire le creuset de cette transmutation. Avec Pic de La Mirandole et bien d’autres, il crée l’académie néo-platonicienne, dont l’influence se fera sentir deux siècles plus tard dans les loges anglaises, après avoir mûri chez les néoplatoniciens de Cambridge du XVIIème siècle, et s’être parée des habits de la maçonnerie opérative, et de ses outils.

Intervenants : Michael Rapp / Bruno Pinchard

Animatrice : Marie-Dominique Massoni

Plus d'actualités

Newsletter

suivez-nous sur :

Fermer