Culture

Artisanat

Économie locale

Économie

Histoire

Art

Renaissance

Candes Saint Martin fête la Renaissance

Le 11/05/2019 de 08:00 à 23:30
Candes-Saint-Martin, France

Partager sur

VIVA LEONARDO DA VINCI 500 ans de Renaissance(s) en Val de Loire 2019 marque les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci au Clos Lucé à Amboise mais aussi de la naissance de Catherine de Médicis à Florence et du début de la construction du château royal de Chambord. Cet héritage prestigieux au cœur d’une région bercée par des paysages inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO a profité d’un développement sans précédent. Aux côtés des événements des grands sites, plus de 500 projets ont ainsi été proposés dans le cadre d’un appel à labellisation d’initiatives par les acteurs de la culture, du patrimoine, du tourisme, des sciences, de l’économie ou encore de l’environnement. La programmation exceptionnelle de 2019 est donc le fruit d’un élan territorial sans précédent qui a pour vocation de créer un dialogue entre les époques et les grands thèmes de la Renaissance autour de trois grands axes : le patrimoine, les sciences et techniques, les arts, la culture et l’art de vivre. L’ensemble de ces événements et manifestations compose des destinations et des parcours pour tous, de l’amateur au spécialiste d’arts, de culture, de sciences ou encore d’art de vivre. Et dans ce cadres, quelques uns des artisans, artisans d'art et artistes de Candes Saint Martin ouvrent leurs portes...

Les Parfums et cosmétiques de la Renaissance
Nicolas de Barry s’est attaché, dans le cadre des célébrations du 5ème centenaire de la mort de Léonard de Vinci, à reformuler des parfums en usage sous la Renaissance, avec un souci d’authenticité, sous forme d’Eaux, telles que l’Eau de la Reine de Hongrie ou l’Eau de Nostradamus, eau dont on peut retrouver la recette dans le Traité des fardements du grand apothicaire et astrologue.
Les senteurs sur base alcoolique ne constituant, à cette époque, qu’un plis du large éventail de produits parfumés, Nicolas de Barry propose également des baumes (dont le but était principalement de parfumer) sur une base solide faite de cire d’abeille et d’huile végétale, au rang desquels figurent une version originale d’un parfum de la reine Margot ou encore le fameux baume d’Alexandrie…
Les parfums pouvaient aussi se présenter sous la forme de pomander, que l’on appelait aussi pommes d’ambre ou pommes de senteur et qui consistaient en un cloisonnement de matières odoriférantes dans un bijou de métal précieux, ajouré pour en permettre, en un raffinement délicat, toute exhalaison agréable aux sens, mais aussi prophylactique… Nicolas de Barry, propose trois reconstitutions de cet étonnant bijou que l’on pouvait aussi bien porter autour du cou, accrocher à la ceinture ou au poignet, enchâssant une résine naturelle imprégnée du même parfum que le baume d’Alexandrie…
Ces produits seront en vente dans l’Atelier de Nicolas de Barry à Candes Saint Martin (ouvert tous les jours de 10h à 19h).
Sont aussi proposés au grand public, d’avril à septembre, des Ateliers d’initiation à la parfumerie et aux pratiques de la Renaissance sont accessibles au grand public, sur réservation. Découvrez les senteurs d’antan, les parfums naturels et des créations de la Renaissance avant de visiter le Cabinet de Curiosité.
Tous les Mardis et Vendredis, à 17h30 (durée 1h environ). Tarif : 19,50€. Réservations par téléphone au 0247951857 ou par courriel : parfumdebarry@gmail.com.
www.nicolasdebarry.com

Circuit pédestre, shopping et gastronomie à Candes Saint Martin
Promenez-vous dans les ruelles du village médiéval de Candes Saint Martin, visitez sa Collégiale ou est mort Saint Martin, et découvrez les artisans d’art du village. Outre Nicolas de Barry et sa parfumerie, poussez la porte de Gabrielle Plasse et son atelier de création de bijoux authentiques et uniques, en métal précieux, ou d’ « Intérieur Lumière » : un atelier de création de luminaires et d’abat-jour, des objets chinés dans la région pour être montés en lampe, des papiers peints d’éditeur ou des documents anciens pour décorer les abat-jour. Un peu plus loin le vétéran André Petit montre ses créations en métal sur le thème des arbres et de la rose parfumée de Candes. Basil Gentleman un artiste-plasticien franco-britannique présente ses œuvres : photographies, peintures, collages et sculptures : des références à la spiritualité, la théologie et l’alchimie… Un coutelier, une couturière sont aussi en train de s’installer.
Ne manquez pas une halte dans les lieux où la gastronomie et l’œnologie rabelaisiennes se sont installées : « La Route d’Or », restaurant où le chef Gérard Parisis vous proposera ses créations de style Renaissance, avec un menu aux asperges, poulet, tarte chaude aromatisés au verjus, au safran, au gingembre et autres épices en vogue au XVIème siècle (réservations : 0247951901), chez Damien et son bar à vin « Enfin du Vin » où l’œnologue vous fera déguster des vins issus de la tradition de la Renaissance ou encore le restaurant-bar « l’Onde Viennoise ».

La collégiale Saint Martin
Une première église, vouée à Saint Maurice, est édifiée par Saint Martin dans l’une des premières paroisses tourangelles rurales qu’il a fondées et où il meurt en 397. Elle devient par la suite une église de pèlerinage, même en l’absence de reliques du saint. En 1050, l’église de Candes est mentionnée comme « collégiale » et son chapitre compte douze chanoines. 
La vieille église Saint-Maurice étant ruinée, l’actuelle église Saint-Martin de Candes est construite entre 1175 et le milieu du XIIIe siècle. Le chantier s’étale sur plusieurs décennies, durée somme toute modeste au regard de l’importance de l’édifice dont l’architecture est largement inspirée du style gothique de l’Ouest. Elle est caractérisée par un très riche décor sculpté qui orne son transept et sa nef mais, surtout, par un porche monumental ouvert sur le flanc nord de cette dernière. L’adjonction, au XVe siècle après la Guerre de Cent Ans, de dispositifs faisant de cette collégiale l’une des rares églises fortifiées de Touraine, renforce sa singularité. Ceci ne l’empêche pas toutefois de subir de graves dommages pendant les guerres de Religion (en 1562 et 1568). Deux séismes, causant d’importants dégâts à un peu plus d’un siècle d’intervalle (1711 et 1840), imposent des campagnes de réparation. Elle reste considérée comme « le deuxième plus bel édifice religieux d’Indre-et-Loire après la cathédrale Saint-Gatien de Tours ». Depuis la Révolution française, Saint-Martin de Candes a perdu son statut de collégiale, même si cette dénomination perdure encore aujourd’hui.

Inauguration
L’ensemble de ces manifestations seront inaugurées les 11 et 12 mai avec un concert et un cocktail convivial en bord de Vienne.

(https://www.vivadavinci2019.fr/evenements/parfums-et-cosmetiques-de-la-renaissance-inauguration/)

Plus d'actualités

Newsletter

suivez-nous sur :

Fermer