La Renaissance en Berry

Du 04/10/2019 au 31/12/2019
2 Rue Descente des Cordeliers, 36000 Châteauroux, France

Partager sur

Le Musée Bertrand de Châteauroux présente de nombreuses œuvres de sa collection datant de la Renaissance, période charnière dans l'histoire de l'Art.

En 2019, la Région Centre Val de Loire organise la célébration des 500 ans de la Renaissance. Si cette Vallée de la Loire peut s’enorgueillir de présenter les joyaux architecturaux que sont ses châteaux et leurs collections, certains territoires limitrophes tels que celui du département de l’Indre peuvent prétendre à s’inscrire dans cette démarche de célébration.

Ainsi le musée Bertrand de Châteauroux mettra en valeur trois axes de ses collections consacrées à cette thématique : ses fonds Beaux-arts/arts décoratifs et numismatique d’époque, son fonds photographique XIXème siècle de Placide Verdot qui reflète les vestiges architecturaux fin XVème, début XVIème siècle érigés dans l’Indre, et enfin, son fonds Beaux-arts du XIXème siècle de copies ou d’œuvres inspirées par cette époque où l’homme aspira et vécut un profond renouveau spirituel et créatif.

Parmi les collections Beaux-arts présentées développant les sujets religieux autant que l’art du portrait prend place, un exceptionnel portrait daté de 1470/1490 dont le personnage est coiffé de la zazzera, selon la mode très en vogue à Venise et dans l’Italie du nord. Cette peinture sur bois représente sans doute un riche marchand vénitien, portraituré par un artiste de l’école française ou hollandaise, lorsqu’il séjournait en Flandres, pays de négoce où de nombreux vénitiens tenaient des comptoirs très prospères à la fin du XVème siècle.

Les collections d’arts décoratifs permettent de comprendre l’évolution du mobilier très sobre de forme et de décors à l’époque médiévale, et de plus en plus diversifié et raffiné sous la Renaissance (crédence, buffet deux-corps, table à patins). Parmi ces pièces de mobilier une cathèdre dite de Rabelais permet d’évoquer l’écrivain auteur de Gargantua dont les souvenirs du Berry planent avec l’église de Palluau, le lieu-dit « Brise Paille », pays d’origine de la sage-femme qui œuvra à la mise au monde de Pantagruel et l’expression « dépâtures » de Gargantua.

Un coffre de sacristie daté de 1496 fait voguer, voyager aux côtés des découvreurs tels que Christophe Colomb (1492).

La présentation de quelques écus fait « revivre » certains rois tels François Ier, Henri II, Charles Quint.

Le fonds photographique XIXème siècle du castelroussin Placide Verdot et quelques dessins aquarellés d’Albert Laprade (originaire de Buzançais) rappellent les vestiges d’architectures civiles ou religieuses du Château d’Argy, du Château de Valençay, de l’église de Bommiers, des collégiales de Saint-Cyr d’Issoudun, de Lys Saint-Georges… Ce fonds permet de constater combien le décor du gothique flamboyant perdure sous La Renaissance dans l’Indre – cette « lenteur » est sans doute due à l’éloignement des foyers de mécénat de La Vallée de La Loire ou de l’Ile de France -.

Enfin les œuvres peintes, sculptées ou céramiques réalisées au XIXème siècle par Isidore Meyer, Pierre-Sébastien Hersant et les nombreux suiveurs de Palissy que furent Avisseau, Landais, Brard, Chauvigné, inspirées par Léonard de Vinci, Jean Goujon, Bernard Palissy, clôturent cette évocation de La Renaissance et nous prouvent combien ce mouvement engendré par l’humanisme, bien que d’assez courte durée, a suscité une profonde admiration.

Cette évocation de La Renaissance permet outre de redécouvrir une époque précurseur d’une nouvelle société, mais aussi de constater combien cette dernière lui doit beaucoup, tant sur le plan social, industriel, littéraire, spirituel, artistique et culturel.

Cette thématique permet une fois de plus au musée Bertrand de Châteauroux d’exhiber ses collections dans tout leur éclectisme, voire d’ouvrir de nouvelles portes sur le rêve ou de conduire à de nouveaux imaginaires.

Informations

pratiques

Téléphone

02 54 61 12 30

Plus d'actualités

Newsletter

suivez-nous sur :

Fermer