Culture

Artisanat

Économie locale

Économie

Histoire

Art

Renaissance

Parfums et cosmétiques de la Renaissance

Du 01/04/2019 au 30/09/2019
31 Route de Compostelle, 37500 Candes-Saint-Martin, France

Partager sur

Découverte de la collection de parfums Renaissance de Nicolas de Barry

Dans le cadre des 500 ans de RenaissanceS, Nicolas de Barry a reconstitué des parfums et cosmétiques en usage durant la Renaissance avec un souci d’authenticité et formant la Collection Renaissance de sa gamme de parfums historiques.

Eau de la Reine de Hongrie :
À l’origine, il s’ agit d’un alcoolat de fleurs de romarin créé en 1370 pour l’épouse du roi Chartes Robert de Hongrie, Élisabeth de Pologne. La reine de Hongrie en fit un usage intensif, interne et externe, tout au long de sa vie. La légende raconte que cette eau merveilleuse (reçue des mains d’un ange) lui permit de conserver sa beauté et que c’est grâce à elle qu’elle fut demandée en mariage par le prince de Pologne, alors qu’elle était âgée de 72 ans. Aucune confirmation historique ne vient appuyer cette belle histoire. Mais elle a contribué à en faire un produit mythique jusqu’au XVIIIème siècle…
Nicolas de Barry a tenté de restituer I’arôme si particulier de la fleur de romarin, sur une structure d’herbes médicinales (romarin, sauge, lavande, thym, etc.) dans un objectif d’Eau de Santé, préfigurant déjà les futures Eaux de Cologne.

Eau de Nostradamus :
Michel de Nostredame, dit Nostradamus était un apothicaire de formation. On dit qu’ il aurait également été médecin. Pratiquant l’astrologie comme tous ses confrères à l’époque de la Renaissance, il est surtout connu pour ses prédictions sur la marche du monde.
Moins connue est son activité de parfumeur : il produisait des baumes dans son atelier et il a même écrit un Traité des Fardements (1555) d’où Nicolas de Barry a tiré une recette assez précise de parfum : cette « eau » avait comme originalité pour l’époque de comporter du zeste d’orange, un produit nouveau et très cher. Il donne de la légèreté à une composition autour d’un cœur fruité-épicé, de la rose et des incontournables ambre et musc, avec une touche intéressante de calamus.

Baume de Margot :
La Reine Margot, connue surtout par le roman qu’Alexandre Dumas lui consacra, est née sous le nom de Marguerite de Valois, en 1553. Son image est celle d’une femme d’une grande beauté et d’une grande culture, comme en témoignent ses Mémoires et différentes poésies.
La reine est toujours demeurée fidèle aux classiques senteurs d’ambre et de musc qui accompagnaient un puissant jasmin. Trois senteurs que Marguerite commandait à grands frais très régulièrement chez un fournisseur parisien. Avec ces trois matières premières reconstituées, l’harmonie jasmin/ambre/musc s’est immédiatement imposée, avec une dominante de jasmin frais, adouci par la présence de l’ambre presque mielleux et corsé par le musc sensuel.

Baume d’Alexandrie :
L’Égypte est le berceau de notre civilisation et aussi pour ce qui est des parfums et cosmétiques. Plusieurs auteurs latins reprendront, comme Pline, les recettes égyptiennes. Au Moyen-Âge et à la Renaissance, le négoce des parfums se fait toujours en orient. Alexandrie est l’un des ports de cet « import-export » et un symbole des « bonnes odeurs orientales ».
Le Baume d’Alexandrie, comme dans I’Antiquité celui de Judée, est une appellation non contrôlée : chacun fait son Baume et aussi son Chypre dans le souk d’Alexandrie. Les produits parviennent en Occident par les croisés, les Turcs, les pèlerins, les esclaves et les négociants. Le Santal, le Oud (Bois d’Aloès), la Myrrhe, la rose de Damas et la cire d’abeilles en constituent les ingrédients principaux.

Les Pomanders :
Le « Pomander » ou pomme d’ambre, désigne une pépite d’ambre gris ou une pierre parfumée enchâssée dans une boule. Les grands pomanders se portent accrochés à la ceinture et les plus petits en pendentif autour du cou.
Transmis de génération en génération, les pomanders étaient en effet bien plus que des objets à parfumer : on leur prêtait des vertus magiques protégeant des forces du mal et de la maladie.
Les copies proposées utilisent des petites résines parfumées au baume d’Alexandrie.

Informations

pratiques

Téléphone

02 47 95 18 57

Formulaire de contact

www.nicolasdebarry.com/contact

Plus d'actualités

Newsletter

Ok

suivez-nous sur :

Fermer