Léonard à la rencontre de… Élisabeth Latrémolière, conservatrice du château de Blois.

Partager sur

Léonard est allé à la rencontre d’Élisabeth Latrémolière, conservatrice du château de Blois.Quel était le rapport entre Catherine de Médicis et le château ? Quel a été son influence dans le Val de Loire ? Élisabeth Latrémolière, nous partage tout ce qu’il faut savoir sur Catherine de Médicis !


L’effigie funéraire de Catherine de Médicis au château de Blois

Le château a la chance de présenter, grâce au prêt du Musée du Louvre, l’effigie funéraire de Catherine de Médicis. Cette représentation est très réaliste : c’est le corps de Catherine de Médicis vu comme un cadavre. On y voit notamment très bien les côtes saillantes de la reine. C’est très saisissant mais très effrayant. Il faut dire que Catherine de Médicis aurait refusé ladite représentation pour son tombeau ! Réalisée par Girolamo della Robia, sculpteur italien que François 1er fait venir à la cour de France, cette œuvre en marbre n’avait finalement jamais été utilisée. En effet, l’artiste meurt en 1566 avant de l’avoir terminée. Toutefois, elle n’a pas été détruite et elle fut conservée au musée du Louvre. Aujourd’hui, le château de Blois met en scène cette œuvre dans la Chapelle Royale du château comme si elle se trouvait dans un tombeau royal, ce qui la rend encore plus impressionnante. 

L’œuvre est visible jusqu’au 01/03/2020. Plus d’infos sur le site du Château de Blois (nouvelle fenêtre)

Quel était le rapport entre Catherine de Médicis et le château ?

Le château de Blois, où décède Catherine de Médicis, est surtout un lieu de l’exercice de sa politique. Grande femme d’État, elle tenta d’organiser à Blois plusieurs rencontres pour permettre de résoudre cette fameuse opposition entre les catholiques et les protestants. Au moment des Etats Généraux, elle fait ainsi venir dans la cité plusieurs grands chefs politiques de la Ligue catholique pour entamer des discussions. Passionnée d’art, Catherine de Médicis utilisait également le château pour s’y exprimer. Elle réalisa ensuite des éléments d’architectures qui n’existent plus aujourd’hui. Elle avait en particulier installé une galerie au rez-de-chaussée de l’aile François Premier, une galerie extérieure plus ou moins semblable à celle de Louis XII. Elle profita également du château pour y installer ses collections d’art. Et puis il y a dans le château une pièce qui est très célèbre : le studiolo, également appelé « le cabinet des poisons ». Ces poisons font référence à la légende noire de Catherine de Médicis. Cette légende, montée de toutes pièces du temps de la Renaissance, visait à la décrédibiliser pour qu’elle ne récupère pas la régence après la mort de Charles IX. Un pamphlet, très xénophobe et très misogyne, dans lequel Catherine de Médicis est ouvertement critiquée, a été repris dans les siècles suivants et alimenta la légende selon laquelle Catherine de Médicis était manipulatrice et empoisonnait ses ennemis. Mais tout cela est évidemment faux !

Quelle a été son influence à la Renaissance et dans le Val de Loire ?

Catherine de Médicis eut deux influences majeures. La première, sur la période de la Renaissance, est évidemment politique. Elle se déplaçait beaucoup sur le territoire, elle était très présente. Elle mit en place de nombreuses politiques importantes, notamment la politique de concorde et de tolérance. Par ailleurs, après les guerres de religions, plusieurs édits ont été rédigés. L’édit de Saint-Germain de 1570, qui met fin à la troisième guerre de religion, est notamment le fruit de son action. Cet édit fut très important pour l’avenir politique de la France. Si la guerre civile n’a pas éclaté dans le pays à cette époque, c’est notamment grâce à elle. La seconde influence qu’eut Catherine de Médicis, et notamment sur le Val de Loire, est une influence évidemment culturelle. Grande mécène, elle a œuvré pour faire venir un certain nombre d’artistes dans le Val de Loire. Elle a également acheté des collections de manuscrits très importants. Enfin, elle eut une influence considérable sur trois châteaux du Val de Loire : Chenonceau, Chaumont-sur-Loire et Blois. Mais son rayonnement ne s’arrêtait pas uniquement au Val de Loire.

Quel est l’intérêt du colloque actuel sur Catherine de Médicis ?

Le colloque « Catherine de Médicis (1519-1589) Politique et art dans la France de la Renaissance » va rassembler plusieurs spécialistes venus de différents pays afin d’évoquer la figure de Catherine de Médicis. Ensemble, ils essayeront de faire le point sur la recherche actuelle autour de Catherine de Médicis et de ses thématiques. Seront donc évoqués ses actions politiques, dont notamment la politique de tolérance, très moderne à l’époque, mais également son côté mécène et son intérêt pour les arts et les lettre afin de faire rayonner le milieu culturel. Le fait que des intervenants viennent du monde entier prouve qu’elle est un personnage extrêmement important de l’histoire de France ! Elle a joué un rôle primordial pour le devenir du royaume, notamment par sa recherche perpétuelle de la concorde civile dans la société française. Disons qu’elle a, en quelques sortes, sauvé le royaume du pire. Son activité diplomatique incessante a même amené quelques historiens à dire qu’elle aurait pu avoir le prix Nobel de la paix !

Colloque « Catherine de Médicis (1519-1589) politique et art dans la France de la Renaissance »

Du jeudi 21 au samedi 23 novembre. Plus d’infos sur le site du Château de Blois (nouvelle fenêtre).

Plus d'actualités

Newsletter

suivez-nous sur :

Fermer